Les fonderies d’art de Haute-Marne

S’il fallait trouver une origine à l’aventure artistique de la fonte en Haute-Marne : l’eau, le bois et le minerai de fer de cette région seraient la clé de voûte.

 Cette grande histoire industrielle eut son âge d’or au début du vingtième siècle. Cette épopée industrielle allait s’amorcer en 1853 lorsque Napoléon III ordonne au Baron Haussmann la transformation de Paris. L’objet utilitaire : brut, sans artifice, allait être rendu beau par l’artiste. L’industriel et l’architecte allaient devoir travailler de concert avec l’artiste !
De cette coopération extraordinaire  allait naître une multitude d’œuvres dont les plus connues sont les fontaines parisiennes de Richard Wallace. Les statues monumentales allaient donner à la France et particulièrement à la Haute Marne une renommée internationale. Cette parenthèse enchantée  pour les fonderies de la Haute-Marne devait se terminer vers 1930, la fonte artistique s’était transformée au moment de la guerre de 1914 en obus et en grenades, les statues féminines en monuments aux morts à la mémoire des poilus, et la fonte d’ornement en tuyaux et en plaques d’égout. Le Beau capitula face à l’utile…

La carte