Gray, arts et histoire

 « Gray-la-Jolie » c’est le surnom que l’on donnait autrefois à la ville, « Gray-la-Mystérieuse » lui conviendrait tout autant. Ses pierres riches d’histoires piquent la curiosité, convoquent l’imaginaire et stimulent la création artistique.

L’histoire de la ville de Gray est intimement liée à la Saône. Du Moyen Âge au début XXème siècle, l’activité fluviale a fait la richesse de la ville. Lien privilégié entre la Méditerranée et l’Est de la France, c’est par ici que descendaient céréales, fontes et bois vers le Sud alors que montaient vers l’Est vins du Midi, épices, savons et fruits. Riche de par son patrimoine, la ville recèle de petits trésors architecturaux et réservent bien des surprises à ses visiteurs. Surplombant la cité, la basilique et le château semblent protéger la vallée. Au cœur de la vielle ville se dresse une tour qui garde un secret des plus singuliers. Non loin se trouve la bibliothèque municipale, c’est là un véritable écrin de boiserie qui abrite des trésors d’une grande rareté. Au XIXème siècle la ville soucieuse de son rayonnement se dote d’un somptueux théâtre à l’italienne. Gray sait aussi être le lieu d’une certaine vivacité culturelle. Benoît Huot, sculpteur, y a élu domicile. Artiste reconnu il développe dans son atelier un bien étrange univers. En décembre, l’association Contre Z’Ut investit le théâtre et y organise le festival Voix-Là dont l’ambition est de promouvoir les arts lyriques. Au printemps, c’est le rock qui est à l’honneur avec le festival Rolling Saône, initié il y a une dizaine d’années par de jeunes graylois qui voulaient alors faire « bouger » leur ville. Dans une vielle demeure, en bord de Saône, de jeunes artistes de tous horizons s’investissent dans une aventure collective atypique : le Gray Art Motel. Au bonheur des rencontres, férus d’histoire, amateurs d’art et artistes nous invitent dans leurs univers.

DJI_0023
DJI_0028
DSC02365
DSC02639b
DSC02815
/

La carte